remember La Nintendo 64

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

" La console à chefs-d'œuvre des 90’s "

Le Game Over du 32 bits

Pour sa troisième génération de console de salon, Nintendo choisit un nom qui fait directement référence à la puissance technologique de l’époque. Quelle puissance ? Celle du 64 bits, le double de la SNES, dernière console de salon en date pour Big N. Le joujou à cartouche se veut la porte ouverte de Nintendo à l’ère tant fantasmée de la troisième dimension. Le cinéma ayant pas mal développé cette technique pour des effets spéciaux, l’industrie du JV, dont Nintendo, se devait être la prochaine à mettre la main dessus.

 

Nintendo, ma cartouche et moi

Esthétique de brique, une couleur grise tout droit sortie des années 80 et un simple sticker pour présenter les jeux…décidément, les fameuses cartouches de la N64 n’avaient rien pour impressionner à l’époque. Il faut dire qu’en face, le CD-Rom chez Sony pour sa Playstation avait un côté futuriste qui a fait ranger une bonne fois pour toutes les disquettes de papa. Nintendo s’entête à vouloir garder des cartouches pour sa nouvelle console, une console qui pourtant doit clôturer ce millénaire. Résultat : le public accuse le coup, une cartouche ne peut pas contenir autant de données, par ailleurs un CD a moins de temps de latence lors de sa lecture. Pour étouffer l’affaire, Nintendo lance une campagne de publicité sans précédent.

Le party game du département marketing

Nintendo est en retard et son grand patron le sait…la guerre va être dure. Pour que la Playstation de Sony ne pas tombe dans trop de caddies, Nintendo balance des pubs d’une rare violence commerciale. Alimentant les rumeurs les plus idiotes sur le CD-Rom comme étant l’objet le plus fragile du marché. Nintendo annonce que la N64 est l’étalon de sa génération. Attention joueurs vous êtes prévenus, faites le bon choix ! Le bilan en 2003, date de fin de la production de la N64, est de seulement 33 millions de consoles vendues, Sony, lui, a créé l’évènement en vendant plus de 100 millions d’unités de la désormais légendaire et première du nom : Playstation