Des Réalisateurs et des coyotes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

"Los Angeles dans leur baluchon"

"I love L.A"

Vivre un rêve éveillé, c’est celui de Jake et Amanda, jeune couple candide qui décide de tout plaquer pour partir vivre à Los Angeles, la cité aux rêves brisés. Le contraste s’installe rapidement et sert de fer de lance au récit entre deux jeunes adultes sans expérience emplis d’espoir et une ville tentaculaire. Avalés par L.A., Jake et Amanda vont connaître les revers, la désillusion, mais aussi le véritable amour, celui qui survit aux échecs.

Je, nous, ils

Marco et Hanna, Jake et Amanda, comment ne pas voir ici une part autobiographique dans le récit ? L’aventure est double : premier voyage pour les uns et premier film pour les autres. Partir sur un coup de tête et sans le sou à L.A. pour réaliser leur rêve, les réalisateurs l’ont vécu. La musique tient une place centrale dans l’œuvre : Jake fait du rap et Amanda aspire à travailler dans l’industrie musicale, le tout sous une bande son rafraîchissante accompagnant leurs escapades qui rappellent aux réalisateurs leurs propres souvenirs.

A L.A, tous des coyotes

Le film se déroule sur une journée par souci d’immersion et d’urgence. L’immersion, au plus près des personnages auxquels on s’attache par une caméra proche, presque étouffante. L’urgence de trouver un travail pour survivre dans la jungle californienne tel un coyote, symbole d’une jeunesse en marge, livrée à elle-même devant s’entraider et se battre pour faire son nid. Le dernier plan du film où ces jeunes coyotes se retrouvent sur les hauteurs de la ville et font face à l’immensité et à ce qui les attend, prend tout son sens.

en savoir +

Partagez !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

les auteurs

Une émission d’Alix Odorico

Réalisation Cristobal Desconnets